[Interview de Mustapha Derras, Directeur de la Recherche et de l'Innovation chez Berger-Levrault par La Voix du Parlement

Partager par e-mail
Interview de Mustapha Derras dans la Voix du Parlement.

La Voix du Parlement c'est le magazine francophone destiné aux élus et décideurs de la nation. C'est un créateur de passerelles entre les Ministres, Parlementaires, Présidents de sociétés, Organismes publics ou privés, sur la scène nationale et internationale.
Dans le numéro de juillet, ils ont interviewé Mustapha Derras, Directeur de la Recherche et de l'Innovation Technologiques chez Berger-Levrault qui a pu leur parler du groupe, de sa vision de la recherche et innovation et des perspectives attendues. Ci-dessous, nous vous avons retranscrit l'interview telle qu'elle a été éditée dans le magazine officiel.

Pouvez-vous nous présenter le Groupe Berger-Levrault ?

Engagé depuis les années 2000 dans la transformation digitale au service des collectivités et administrations locales, des établissements médico-sociaux, du secteur hospitalier, des entreprises, des industries et du monde de l'éducation, le groupe, éditeur de logiciel international, fait aujourd'hui figure de leader dans le secteur de l'innovation et de la recherche, tirant partie à l'heure de l'ouverture massive des données et des interfaces intelligentes, de tous les potentiels du numérique au service de la vie de la cité et du développement durable. L'une des caractéristiques de Berger-Levrault a toujours été d'être à même d'anticiper, voire de dévancer les mutations sociétales, que ce soit au niveau de la mondialisation ou des avancées technologiques.

Quels sont les moteurs de BL 2025 ?

Le projet stratégique BL 2025 a débuté en 2020, avec la crise de la COVID-19 et a pu témoigner de l'importance de nos engagements en matière de Responsabilité Sociétale au long court. Plus que jamais nos capacités à innover et à réinventer sans cesse nos pratiques collaboratives, ont témoigné de leur efficience. Il va de soi que la Recherche et l'Innovation restent un moteur dominant de notre nouvelle stratégie tout comme l'Humain. Nous n'envisageons pas de développement de notre entreprise du numérique sans l'exercice d'une responsabilité sociétale de tous les instants, à tous les niveaux.

Quelle est la place de l'humain chez Berger-Levrault ?

Nous mettons l'humain au centre de tous nos enjeux stratégiques, qu'il s'agisse de nos collaborateurs, de nos clients ou de l'ensemble des métiers que nous accompagnons. Nous avons mis en place une véritable démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) qui a fédéré de nombreuses initiatives qui étaient déjà en place depuis de nombreuses années. Mais surtout cette démarche pose désormais un cadre central dans la stratégie de Berger-Levrault où l'individu joue un rôle clé.Nous permettons depuis longtemps aux professionnels d'exercer leurs métiers dans les meilleures conditions grâce à nos outils performants et aux usagers de bénéficier dans leur vie quotidienne de services numériques innovants. Il en est de même de nos collaboratrices et collaborateurs. Je suis moi-même arrivé chez Berger-Levrault en 2005 en qualité de Directeur Technique. Je n'en suis jamais reparti tant l'esprit du groupe a su m'offrir un souffle d'enthousiasme constant. Aujourd'hui, comme Directeur de la Recherche et de l'Innovation Technologiques, je suis comme au premier jour passionné par ces missions de développement des programmes de recherche. L'objectif du groupe est que tous les collaboratrices et collaborateurs s'épanouissent et se développent dans leurs missions. Qui plus est la recherche me paraît être en elle-même un engagement fondamental de l'individu. Nous le vérifions chaque jour au contact de nos jeunes docteurs, doctorants, ou même stagiaires qui portent en eux un investissement profondément humain.

Quels sont précisément les grands axes de recherche et d'innovation du groupe ?

Une partie de notre stratégie de recherche et d'innovation, est basée sur les techniques d'intelligence artificielle sur lesquelles nous travaillons depuis une décennie. Un second axe de recherche concerne les ordonnancements complexes qui visent à optimiser des processus, nombre de nos solutions numériques utilisant des plannings ou de la planification de ressources. C'est un secteur très important pour nous, avec des heuristiques de niveau très élevé, des algorithmes bio-inspirés, par exemple basés sur les mouvements des colonies de fourmis. Notre troisième domaine majeur est celui de la maintenance prédictive. Nous sommes par exemple mobilisés pour les villes durables autour de modèles numériques ou pour l'industrie 4.0 en intégrant lesobjets connectés et, là également, l'intelligence artificielle mais sous une forme embarquée. Je tiens également à souligner l'importance de nos travaux en sciences humaines et sociales et ce depuis une décennie également. C'est un volet essentiel de nos processus de recherche qui nous permet d'intégrer en amont de nombreuses évolutions sociétales.Pour schématiser, nous permettons de mettre en place des solutions de suivi de la performance, de gestion, des citoyens, des familles et des élus, du parcours de santé, de l'action sociale, de la dépendance, de la scolarité ou encore de l'enseignement guidés par trois maîtres mots : recherche, innovation et partage. Nous mobilisons notre recherche autour de deux grands piliers. Le premier est centré sur le génie logiciel, qui concerne les outils qui nous permettent de produire des logiciels, et qui s'articule autour de l'analyse et de la production automatique de codes, techniques de transcodage ou de transpilation, sémantique des langages. Cette spécificité nous permet de gérer l'obsolescence technologique de nos produits et d'en accompagner l'évolution. Notre second pilier est celui de l'innovation des produits, en lien avec les évolutions et émergences de nouveaux métiers, usages et besoins de nos clients. Nous tirons parti au mieux des évolutions de la recherche, afin de développer de nouvelles solutions.

Les pratiques collaboratives font parties de l'ADN du groupe. Pouvez-vous nous parler des partenariats stratégiques que vous conduisez en France et à l'international ?

Nous sommes convaincus que les solutions du futur ne peuvent se dessiner qu'à partir de réflexions partagées entre les différentes entités et parties prenantes du groupe et ce à l'échelle internationale. De plus, nous avons établi des partenariats de recherche et d'innovation avec des experts, des grandes écoles, des universités et le monde littéraire. Nous impliquons également de façon concrète des clients, nonseulement pour recueillir leurs retours d'expériences mais aussi pour penser et coconstruire nos solutions innovantes. Enfin par notre dimension internationale nous sommes confrontés à des besoins, des sociétés et des cultures parfois très différentes. C'est à la fois une richesse mais aussi une complexité qui imposent qu'ensemble, nous soyons à même de bien analyser les contenus et de travailler en finesse, de nous adapter de façon extrêmement précise.Depuis une décennie, ces partenariats à travers le monde, nous ont conduits de façon systématique, à des réalisations fonctionnelles et à la création de produits. À titre d'exemple, les algorithmes inspirés des colonies de fourmis ont abouti à deux produits diffusés auprès de clients pilotes, l'un pour le secteur du médico-social et l'autre destiné à la maintenance assistée par ordinateur. Ce projet a été mené avec l'Institut Mines Telecom ainsi que des clients de façon opérationnelle. D'autres déclinaisons sont actuellement à l'étude, le champ des possibles étant très vaste. Concernant l'Intelligence Artificielle, nous travaillons depuis de longues années avec l'INRIA ou encore le LAAS et avons porté avec eux plusieurs projets de concert. L'un concerne l'analyse documentaire et s'applique aux actes de délibération des collectivités. Un autre a permis de développer une intelligence embarquée pour le domaine de la maintenance et est désormais diffusé avec nos clients partenaires.Il va de soi que nous menons des partenariats multiples avec de nombreuses structures et entités, l'approche collaborative et la co-innovation étant un élément fort de notre philosophie.

En quoi le groupe est-il un acteur fort des évolutions sociétales ?

Nous sommes aux côtés de ceux qui chaque jour y participent. Du fait de nos interventions dans les collectivités territoriales, le monde du sanitaire, le médico-social, l'éducation, les universités et les écoles, ou encore l'industrie, nous accompagnons une société en mouvement. Plus encore, nous devons d'anticiper les transformations majeures par un usage du digital sans cesse renouvelé. Ce n'est pas un hasard si le leitmotiv de BL 2025 est que Berger-Levrault soit un participant actif de la transformation de la société.Au-delà de cette réalité nous avons une démarche qui puise son inspiration du quotidien de nos usagers, qui tente de s'éloigner des rhétoriques habituelles ou convenues. Nous voulons interroger le sens de ce que la technologie peut réellement apporter à nos clients.

Quels sont vos prochains défis ?

Porter un numérique responsable, garant d'une confiance vérifiable et sécurisée est en soi un véritable défi quotidien. Si nous y ajoutons la complexitécroissante des usages et l'évolution continue des technologies du numérique nous obtenons la définition des enjeux majeurs qui attendent désormais tous les éditeurs de logiciels.Nous proposons aujourd'hui quelques 130 solutions numériques qui concernent plusieurs centaines de métiers. Nous devons ainsi assurer la pérennité des technologies dans les outils que nous utilisons. De la même façon, dans un monde de connexions incessantes, nous nous attachons à fabriquer toujours plus de solutions qui s'articulent entre elles, se maintiennent, évoluent, s'intègrent dans des systèmes existants tout en respectant des règles de sécurité et de confidentialité, des normes en perpétuelle évolution.Aller plus loin, c'est aussi être toujours plus performant pour l'humain en toute circonstance, que ce soit pour favoriser l'expression de la citoyenneté avec la mise en place de nouveaux processus électoraux numériques ou de développer des outils d'intelligence dédiés à la santé.

Plus ...

Retour haut de page