Neolink : Les défis de la recommandation du parcours de vie

Partager par e-mail
parcours de vie image vedette

Neolink est une entreprise créée en 2012 qui a développé des solutions pour favoriser l'internet qui rassemble. Son objectif principal est d'unifier l'activité économique et l'utilité sociale dans ses solutions. La société a été rachetée par Berger-Levrault en 2019.

Les services sociaux sont notoirement complexes à modéliser et à gérer. Il est essentiel de se tourner vers des systèmes mutualisés et adaptés aux acteurs de ces services. Si les exemples d'outils grand public sont aujourd'hui légion, il existe encore très peu de solutions dédiées dans le secteur du travail social et de la santé, et encore moins offrant une prise en charge pérenne des usagers. L'objectif de ce projet est de proposer un système de recommandation multi-acteurs et interactif permettant de recommander des projets sociaux sous forme d'un ensemble ordonné d'actions, que nous qualifions de parcours de vie.
Cette première partie d'article est consacrée aux défis de la recommandation des parcours de vie.

Prenons l'exemple d'Alice telle qu'elle est représentée dans La Figure 1 qui veut savoir comment atteindre son objectif personnel à long terme (postuler à un poste de comptable).

Alice a déjà réalisé un diagnostic de sa situation actuelle, à l'instar des bénéficiaires précédents pour lesquels des diagnostics et des parcours ont été observés au préalable. L'objectif du Pathways Recommender System (PRS) est de déterminer à partir de là quelles seraient les prochaines actions les plus pertinentes à entreprendre par Alice pour
atteindre son objectif à long terme. Il s'agit d'un problème complexe car il est fortement contraint :

  • Alice dispose d'un budget temps limité et doit suivre une certaine courbe d'apprentissage afin que chaque nouvelle action puisse facilement s'ajouter aux actions précédentes.
  • Par conséquent, le SRP doit estimer, à partir des bénéficiaires précédemment observés, les diagnostics, les actions et leurs parcours respectifs, ainsi que le coût et la pertinence pour Alice d'entreprendre une action.
  • De même, le SRP doit estimer une distance entre les actions pour lisser la courbe d'apprentissage d'Alice. Enfin, le nombre et la diversité des actions rendent ce problème difficile à résoudre.
Système de recommandation de parcours
Figure 1 : Système de recommandation de parcours

Les défis de la recommandation sur les parcours de vie

Nous considérons dans ce travail le problème de construire un système de recommandation pour soutenir les acteurs sociaux et les utilisateurs bénéficiaires dans la co-construction interactive d'un projet personnel tout au long de la vie. Pour l'illustrer, nous avons utilisé le revenu de solidarité active (RSA) français.
Ces bénéficiaires sont encadrés par des acteurs sociaux afin de construire leur projet pour améliorer leur insertion sociale ou leur situation financière. Jusqu'à présent, ces procédures et cet accompagnement sont réalisés le plus souvent manuellement et gérés par chaque région administrative. Ces procédures étant complexes, les régions se tournent vers des alternatives leur permettant de faciliter certains aspects de ce système. Dans ce contexte, la société Neolink propose un outil dédié aux acteurs sociaux pour accompagner les bénéficiaires de cette prestation sociale dans la définition de leur projet socioprofessionnel incluant la recherche d'un emploi. Ce système multi-acteurs est actuellement conçu pour permettre aux différents acteurs sociaux de collaborer et de poursuivre leur travail de manière centralisée. En tant que tel, les objectifs sont d'enrichir l'expérience utilisateur et l'interaction des parties prenantes en mutualisant les meilleures pratiques entre les acteurs sociaux et en les aidant à construire un projet personnel pour les bénéficiaires à partir d'un très large ensemble d'actions possibles liées aux aspects sanitaires, sociaux ou professionnels.

Les défis de la recherche

Plusieurs défis de recherche étaient attendus pour concevoir un système de recommandation aussi complexe :

  1. Modélisation du contexte de la recommandation: quels sont les acteurs, leurs particularités et leurs interactions les uns avec les autres et comment sont-ils censés interagir avec le système de recommandation ?
  2. Gérer le contexte multi-partenairescomment concilier les objectifs ou les contraintes de chaque partie prenante parmi les bénéficiaires et les différents acteurs sociaux ou prestataires de services ?
  3. Formalisation de la sortie du recommandeurNous considérons que les parcours de vie sont des actions composites spécifiques liées aux objectifs de santé, professionnels ou personnels d'un bénéficiaire.
  4. Fournir une recommandation significative en déterminant le niveau de granularité sémantique et temporel le plus adapté pour chaque action. En effet, l'expression de chaque action doit être un équilibre entre la généralité, pour la facilité de réutilisation, et la précision, pour obtenir des recommandations significatives pour un bénéficiaire spécifique.
  5. Garantir l'équité des recommandations et fournir un mécanisme d'explication. d'en accroître la confiance des parties prenantes dans la proposition et d'améliorer l'acceptation de notre solution.
  6. Évaluation d'un système interactif de recommandation de parcours de vie multipartiteen déterminant la qualité des projets construits par le système mais aussi la qualité de chaque étape recommandée.

La recommandation dans son contexte

Figure 2 présente un diagramme d'activité d'un modèle de recommandation de parcours de vie dans le contexte spécifique du cas d'utilisation RSA. Ce diagramme, composé de plusieurs étapes, représente les processus observés à partir d'une étude attentive de nos données RSA :

Diagramme d'activité d'un système générique de recommandation de parcours de vie
Figure 2 : Diagramme d'activité d'un système générique de recommandation de parcours de vie.
  1. Initialisation : un bénéficiaire entre dans le système et définit des objectifs à moyen et long terme avec l'aide d'un expert qui réalise un diagnostic personnel, afin d'entamer son parcours de vie.
  2. Scène : un superviseur co-construit avec le bénéficiaire une combinaison d'actions à réaliser qui est désignée comme étape.
  3. Rapport : Les actions entreprises au cours des étapes précédentes sont évaluées et le chemin bénéficiaire est mis à jour en conséquence. Si certains des objectifs à long terme ne sont pas atteints, l'ensemble du processus est reproduit à partir de l'étape de diagnostic dans la couche d'initialisation.
  4. Fin du chemin : Fermeture du chemin, création ou rapport à ce sujet.

Nos principaux défis scientifiques se situent dans la couche dénommée Scène où un superviseur doit choisir parmi un très grand nombre d'actions celles à proposer au bénéficiaire. Cette étape est celle pour laquelle nous introduisons le système de recommandation qui aide à construire les étapes. Ce système de recommandation doit prendre en compte plusieurs parties prenantes : le bénéficiaire, le superviseur et l'expert ainsi que, dans le cas du RSA, l'entité de financement et les préférences des fournisseurs d'actions.
Cela conduit à l'introduction dans notre modèle d'une nouvelle couche de recommandation pour la proposition automatique de plusieurs combinaisons d'actions au superviseur. Si ces combinaisons correspondent aux contraintes dures du contexte (liées à la date, à la disponibilité ou au coût des actions), le superviseur peut établir une proposition personnalisée pour le bénéficiaire sur la base de ces recommandations. Par conséquent, les recommandations doivent être explicables, car le superviseur peut être amené à expliquer au bénéficiaire comment elles ont été conçues. Un autre défi concerne les interactions du superviseur avec les étapes recommandées, lors de la sélection des combinaisons d'actions les plus appropriées, et la manière de transférer ces connaissances au système de recommandation afin de proposer des recommandations plus personnalisées à l'avenir.
Il est important de noter que de Figure 2 que l'objectif de cette recherche n'est pas de remplacer les acteurs sociaux actuels impliqués dans le processus, mais de faciliter leur travail en élaborant de meilleures propositions en tenant compte du bénéficiaire. Les décisions finales sont laissées au superviseur et au bénéficiaire.

A suivre...

Plus ...

Retour haut de page