Article scientifique accepté à la conférence QUATIC 2020

Il y a quelques semaines, 3 ingénieurs de l'IRD ont vu leur article accepté dans l'étude de la Commission européenne. Conférence QUATIC 2020. QUATIC 2020 est la 13e conférence sur la qualité des technologies de l'information et des communications, qui aura lieu du 8 au 11 septembre 2020. L'article sélectionné porte sur : "Défis pour la validation de la mise en page : Lessons Learned".

Dans le cadre du programme de Berger Levrault visant à migrer des applications vers de nouvelles technologies, l'importance de la validation automatique de la migration des interfaces graphiques a été soulevée. Imaginez que la migration est censée traduire des milliards de pages d'une technologie à une autre.
Il faut vérifier si un écran a été traduit correctement ou non, ce qui peut être une tâche longue et fastidieuse. Afin d'aider les parties prenantes à la vérification, les trois ingénieurs se sont lancés dans l'étude des stratégies d'automatisation possibles.

Le voyage n'a pas été aussi réussi qu'ils l'auraient souhaité. Cependant, ils ont réussi à trouver des informations précieuses sur les questions qui pourraient avoir le plus d'impact pour Berger-Levrault. Cette migration a la particularité d'être limitée : le logiciel n'est pas entièrement traduit, seule son apparence l'est.
En raison de cette limitation, le résultat est parfois graphiquement équivalent, mais pas égal (tableaux non remplis, zones de texte sans contenu, etc.). Leur première tentative consiste à comparer des formes.
Leur stratégie était basée sur la distribution d'informations : Comment les éléments sont-ils répartis les uns par rapport aux autres ?

Pour mettre en œuvre cette idée de relation mutuelle entre les éléments, ils ont décidé de remplacer le contenu par des boîtes représentant des ensembles d'éléments.
Pour reconnaître ces ensembles, des cases noires représentant le périmètre de chaque ensemble sont dessinées, comme dans l'image ci-dessous.

Afin d'automatiser cette comparaison, ils ont créé un programme qui ouvre chaque paire de pages (originale et traduite), les transforme en une version "boîte noire" et prend des captures d'écran (comme le montre l'image ci-dessous). Une fois qu'ils ont chaque paire de photos, ils les comparent pixel par pixel, et calculent la différence.

Au cours de ces expériences, ils ont découvert des exigences plus ou moins évidentes pour effectuer ce genre de comparaisons :

Comment dessiner les boîtes noires ? Autour de quoi ? Si nous avons du contenu dans la page originale, mais pas dans la page traduite, comment comparer le rapport entre les éléments, quelle que soit leur taille ?

Ils ont aussi des questions plus surréalistes comme :

Comment s'assurer qu'un composant de la page d'origine est comparé à son équivalent sur la page traduite, et non à un autre élément qui se trouve au même endroit ?

Bien que leur tentative n'ait pas été un succès total, ils ont trouvé des moyens de bien faire les choses et quelques indices qu'ils espèrent utiliser bientôt à l'avenir.
En conclusion, la tâche n'est pas facile, mais ils n'abandonnent pas, ils sont certainement sur la bonne voie.
Félicitations à eux !

Plus ...

Retour haut de page